Vive les cigarettes électroniques !

Article publié par le 12/11/2012
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.


Les cigarettes électroniques sont-elles efficaces et sont-elles dangereuses ? 

La question divise les tabacologues car ces produits n’ont pas de statut officiel dans l’arrêt du tabac.

Pourtant, nous pouvons clairement affirmer que si vous voulez arrêter de fumer et que cette solution vous tente, il n’y a pas à hésiter : vive les cigarettes électroniques ! Elles ne vous font inhaler que de la vapeur d’eau aromatisée.

Une fois de plus on se trompe de débat. On se demande si les cigarettes électroniques sont efficaces et si elles sont potentiellement toxiques. Mais il faudrait se demander en comparaison de quoi elles seraient plus ou moins efficaces ou plus ou moins toxiques.

À l’évidence, il faut les comparer au tabac en répondant à deux questions :

  • Est-ce qu’en utilisant une cigarette électronique je me fais moins mal qu’en fumant une vraie cigarette ?
    La réponse est oui, car quand je « vapotte » je ne fume pas.
  • Est-ce qu’en utilisant une cigarette électronique je prends un risque pour ma santé ?
    La réponse est non, car quand je « vapotte » je n’inhale pas tous les produits infiniment plus toxiques de la fumée du tabac.

Dans tous les cas, il vaut donc mieux vapoter que fumer, même si la vapeur dégagée par les cigarettes électroniques contient du propylène glycol ou de la glycérine végétale, des arômes artificiels et parfois de la nicotine.

Le risque est incomparablement plus faible que celui des vraies cigarettes.

 

Vous donner toutes les chances d’arrêter de fumer

Ce qui compte vraiment, c’est que vous ayez envie d’arrêter de fumer et de vous débarrasser de ce terrible poison qu’est le tabac.

Et à chaque fois que vous substituerez une vraie cigarette par une cigarette électronique, ce sera une petite victoire vers la liberté.

Mais pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de votre démarche en vous donnant toutes les chances d’arrêter de fumer ?

Puisque vous vous êtes engagé(e) dans une véritable stratégie de substitution avec la cigarette électronique, pourquoi ne pas utiliser aussi les autres solutions de substitution qui ont largement fait leur preuve, les substituts nicotiniques. Vous pouvez tout à fait les combiner avec votre cigarette électronique.

L’intérêt des patchs et des formes orales de nicotine est qu’ils diminuent nettement l’envie de fumer tout vous en soulageant des signes du manque comme la nervosité, l’irritabilité, le défaut de concentration, la fringale…

 

Laissons tomber toutes les idées fausses

Si vous avez déjà essayé les substituts nicotiniques et que cela n’a pas marché, il y a de fortes chances que vous soyez tombé dans les deux grands pièges rencontrés avec l’usage des substituts :

  • Vous les avez pris à doses trop faibles,
  • Vous en avez eu peur, surtout en fumant une cigarette avec un patch.

La première grande idée fausse est qu’il ne faut pas prendre trop de substituts nicotiniques.

Du coup, les ¾ des gens n’en prennent pas assez et ont toujours envie de fumer, tout en souffrant des signes du manque : l’échec est garanti. Il est important d’augmenter vos doses de nicotine jusqu’à vous sentir vraiment bien. Par exemple si je fume environ un paquet par jour, je commence avec un patch fort et des formes orales à volonté. Si ce n’est pas suffisant, je pourrai ajouter un patch moyen, etc.

La deuxième grande idée fausse est que l’on se met en danger si on fume une cigarette en ayant un patch sur la peau.

Du coup, au premier écart, les ¾ des gens enlèvent le patch et laissent tomber leur sevrage tabagique : c’est dommage. Il est important de bien comprendre qu’un patch ne fait que délivrer l’équivalent en nicotine d’une cigarette par heure. Vous ne risquez rien de plus. Vous pouvez même mettre un patch pour fumer moins tout simplement.

Combiner cigarette électronique, patchs et formes orales de nicotine pour réussir

Cigarettes électroniques, patchs, gommes, pastilles, comprimés ne sont que des outils et, ce qui compte, c’est de bien savoir vous en servir et de les combiner, pour réussir votre projet de diminution ou de sevrage du tabac.

Vous pouvez même les essayer pour vous entraîner. Cela vous permettra de voir leur effet sur vous et de savoir quand et comment les utiliser au mieux.

La seule règle de sécurité est d’aller voir un médecin si vous avez des idées noires, que vous vous sentez anormalement triste et que vous n’avez plus goût à rien.

L’arrêt du tabac peut s’accompagner d’une déprime ou d’une vraie dépression qu’il est important de détecter tôt pour les prendre en charge rapidement. Il est aussi important d’aller voir votre médecin au moindre doute pour votre santé à l’occasion de cet arrêt du tabac ou si vous voulez vous faire accompagner.

Le médecin généraliste ou le tabacologue sont aussi « à votre disposition » ! Il a en effet été montré qu’un suivi médicalisé doublait les chances de sevrage…

 

Source : Le Figaro 8 novembre 2012.

Article publié par le 12/11/2012
Cet article n'a pas fait l'objet de révision depuis cette date. Il figure dans le planning de mises à jour de la rédaction.

Ce billet fait partie du blog de Dr Philippe Presles, Le blog de la Rédaction

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
Les grands thèmes santé Aucun grands thèmes santé
Index ArchivesIndex alphabétiqueIndex des recettesIndex top recherche
Note moyenne des articles :
  • rating
  • rating
  • rating
  • rating
  • rating
108626 avis